• Au-delà... de quoi ?

    Parmi les remarques entendues en sortie de scène, il y a ceux qui ont qui ont été bousculés par cette phrase : "lorsque nous mourrons, le cerveau se décompose et notre conscience disparait. C'est notre seule vie ici, il n'y a rien ni personne d'autre ailleurs ou plus tard".

    "- Mais ce n'est pas possible ! Il va trop loin !" (remarque d'athée (!))...

    voici donc un lien vers blog bd scientifique pour illustrer mon propos : 
     

     

    Vous y trouverez de quoi "rire et réfléchir".
     

     

    Je reproduis ici une discussion qui s'en est suivi avec une amie spectatrice :

    SPECTATRICE

    Sauf que... déjà faudrait voir à ne pas amalgamer "au-delà" et religion... on peut croire qu'il y a une continuation de l'âme sans qu'un quelconque dieu entre en scène   - et puis les gens qui ont vécu des NDE sont revenus, ou sont pas partis complètement... donc on ne sait toujours pas ce qui arrive - ou pas - à ceux qui meurent...

    LA DECROYANCE

    Pas de souci ... définition de l'âme ? Sans la transcendance -donc un machin supérieur qui nous guide-, pas d'âme possible. D'où la collusion avec la religion. Ce qui nous empêche d'admettre la vacuité de ce truc, c'est notre incapacité à se dire que nous ne sommes que des animaux, une espèce comme les autres dans la longue chaîne de l'évolution. Donc que nous disparaissons comme les autres espèces après notre mort, mais que ce n'est pas grave ! Un peu d'humilité, frères humains !

    [...]"Nous ne savons pas s'il y a quelque chose" ... ben justement, pour l'heure et jusqu'à un seul indice valable, il n'y a ...rien. Pour moi, défendre la position de "on a aucun indice donc ptêt bien", c'est pareil que de dire que, lorsque personne ne peut le voir, le balai se déplace et joue aux cartes avec la chaise. On ne l'a jamais vu, donc ptêt bien que c'est possible !

    SPECTATRICE

    Haha... je ne suis pas assez imprégnée par la religion... âme n'a pas forcément de connotation religieuse pour moi... on pourrait dire "personnalité" ? "conscience" ? Et comment expliques-tu, scientifiquement ou empiriquement, les histoires de fantômes et de dialogues avec les morts qui accompagnent l'homme depuis si longtemps ? Y'a-t-il un peu de feu derrière la fumée, ou bien ne s'agit-il que de... d'hallucinations ? d'autosuggestion ? d'illusions ? que l'on se crée parce que l'idée du rien après la mort est tout simplement insupportable à l'être humain (enfin à certains en tout cas) ?

    LA DECROYANCE

    Ta réflexion est parfaitement juste ! Personnalité, conscience sont des traits naturels et suffisamment merveilleux pour que l'on n'y colle pas du surnaturel. Le cerveau est très puissant, la conscience est une splendeur. Quant à nos peurs, elles sont très anciennes et nous avons tendance à la facilité de rendre surnaturel là où réside l'inexplicable, mais aussi l'insupportable.

     

    Toutes ces réflexions sont ouvertes, n'hésitez pas à commenter, augmenter, argumenter... bon WE !

     

     


  • Commentaires

    1
    cécile
    Vendredi 1er Avril 2016 à 15:00

    Avant de pouvoir discuter il faudrait mettre a plat les termes de surnaturel, spirituel, foi etc ...

     

    Je commence juste par surnaturel:

    Le surnaturel est l'ensemble des phénomènes - s'ils existent - dont les causes et les circonstances ne sont pas connues scientifiquement et ne peuvent pas être reproduites à volonté.

    Donc rien ne dit que ces phénomènes ne pourront un jour être compris des scientifiques et le fait qu'on ne sait pas les expliquer ne devrait pas autoriser a en nier l'existence.  La science ne devrait pas  non plus être un dogme rigide qui veut anéantir tout ce qui ne colle pas dans son système.  Que cet inconnu paraissent merveilleux aux personnes sensibles et artistes n’a rien d'étonnant ni de négatif.  Que cette inconnu en terrorise certains est un autre problème mais ni l'athéisme ni la religiosité ne sont des solutions.  L'humilité par contre ça aide!  Oui nous sommes des mammifères et non on ne pourra sans doute jamais tout expliquer et tout comprendre parce que nous ne sommes pas si tout puissants que ça contrairement aux dieux que nous aimons imaginer!!! c'est chouette ça veut dire qu'on aura toujours des choses à étudier!  Un monde sans mystère quel ennui!

    2
    TJEAN
    Mardi 18 Octobre 2016 à 13:41

    Et bien, il y a encore du boulot ! Même (surtout ?) pour celles et ceux qui se "croient" athées et qui ne peuvent admettre leur fin "absolue".

    Ci-dessous ce que j’en pense à ce jour : (J’ai écris le texte qui suit il y a quelque temps et en le relisant, j’ai l’impression d’avoir défoncé des portes ouvertes, tellement cela me parait évident.)

    « Dieu n'existe pas !

    J'aurais préféré qu'il existât et pouvoir croire à sa réalité. Mais bon ; il n'existe pas. (Aucune preuve tangible ou objective). De dire qu'il n'y a pas non plus de preuve de son inexistence est un sophisme aussi nul, aussi absurde, que d'affirmer qu'il n'y a pas de crocodile dans mon jardin, parce que j'y ai jeté du poivre et que la preuve que le poivre est efficace, c'est qu'il n'y a pas de crocodile dans mon jardin.

                    Pourquoi nécessairement la création de l'univers par un dieu éternel et omnipotent ?  

                    Pourquoi pas, tout simplement, un univers éternel ? Si éternel il doit y avoir.

                    Et dans l'hypothèse d'un univers créé, qui aurait créé dieu ?

    Toutes les discutions et hypothèses théologiques, de quelques religions que ce soient, ne sont, au mieux, que des foutaises et des pertes de temps, des palabres inutiles et au pire de l'escroquerie.

    "Un corps saint, n'a pas besoin d'âme". (Cavanna). (Moi, j'aurai dit : Un "esprit saint", n'a pas besoin d'âmes, mais cela aurai été pour l'humour).

    Tout "vrai croyant", est, en toute logique, sectaire. Il ne peut que vouloir convertir ceux qui n'adhèrent pas à sa croyance. Pour plaire à son dieu. Mais aussi (pour beaucoup en toute "bonne foi"), pour sauver ces "âmes perdues", car s'il ne suit pas les préceptes de "sa religion" et s'il ne fait pas de prosélytisme, il n'est pas digne de son dieu et risque sa colère.

    Et puis il y a les fondamentalismes religieux, les intégristes, les "fous de dieu".

    Ceux là, se croient ("croire", quel vilain mots ! Ne dit-on pas que lorsque l'on croit, c'est que l'on n'est pas sûr) investis par leur dieu, (comment peuvent-ils en être sûr ?) dans l'obligation de "faire disparaitre" ces mécréants, ces infidèles, qui mettent en danger leurs certitudes et qui "peut-être" les méprisent (que ces hérétiques soient adultes, enfants ou bébés, c'est du détail pour eux). Mieux vaut prévenir que guérir … Ces fanatiques sont condamnés à faire la guerre. Ils n'ont pas le choix !

    Les guerres, les morts, les massacres, innombrables ; les dominations, les abêtissements, les blocages de progrès, les obscurantismes, les soumissions,   perpétrés au nom d'un dieu, devraient faire condamner l'idée même de son existence.

    Alors pourquoi un dieu, pourquoi des religions ?

    (Parce que) "La croyance en un dieu commun, à une religion commune soudent les peuples".

    Oui, mais.

    Ne devrait-on pas penser que les relions regroupent des gens, des humains identiques à tous les autres pour en faire un "peuple "distinct" différent ?

    Ne devrait-on pas penser que tout regroupement se fait toujours contre un autre regroupement, pour se protéger, ce qui est louable, ou pour l'envahir; le piller et l'asservir, ce qui l'est beaucoup moins. Et que, hélas l'un ne va jamais sans l'autre ?

    Ne devrait-on pas penser que de différencier des gens, c'est, à plus ou moins long termes, les opposer, induire la xénophobie et le racisme. Puisque les religions "prônent" généralement l'obéissance aveugle, condamnent la curiosité et l'éducation, pour mieux dominer, créent de l'ignorance et font qu'une grande partie de la population pense encore, contre toute logique, qu'il y a plusieurs "races" humaines et que même, certaines sont définies par leur religion. (D'accord, pas que les religions. Aussi toutes les dominances. Mais les religions [Les "cadres" religieux] sont en tête de classe et les alliés des dominants du moment) ?

    Diviser et opposer les gens (sous prétexte de les rassembler et de les protéger), n'est-ce pas le "B-A-BA" de la domination ?

    (Parce que) "La croyance en un dieu (la peur de son courroux, de ne pas accéder au paradis après la mort), freine les exactions entre humains, évite la barbarie. "Interdit" aux dominants d'avoir droit de vie et de mort sur les dominés …"

     Mort de rire ! Ca n'a jamais rien empêché. Si ? (Si vous êtes pauvre, asservi, dominé, c'est que dieu le veut, vous êtes donc sommé d'obéir à votre dominant sans droit de révolte).

    Et puis l'hypothèse d'un dieu et d'une vie après la mort, laisse à penser que mourir, tuer, n'est pas si grave.

    Alors qu'au contraire, penser, comprendre, que si la mort est définitive, la vie est inestimable, intouchable et par la même, est magnifique et sacrée !

    Qui du croyant ou de l'athée est à même de mieux respecter les autres, la vie des autres ?

    (Parce que)  "La croyance en un dieu et, à travers lui, l'accès à une autre vie après la mort nous permet de mieux vivre, sans la malédiction d'avoir en permanence la pensée de notre fin". 

    Là, je dois avouer que c'est pour cela que j'aurai préféré qu'il existât. Il ne me viendrait évidemment pas à l'idée de nier l'existante d'une vie après la mort devant un croyant moribond.

    Dieu n'existe pas, alors, tant que l'on est lucide, pourquoi croire à une chimère sous prétexte de ne pas paniquer. La vie est si belle et si … inespérée que l'on a bien d'autres choses à faire que de penser à notre mort. Non ?

    Et je ne parle pas de la pire scélératesse, la stupide et ignoble misogynie des religions. Ce serait bien trop long ! (Femmes, comment pouvez-vous penser, accepter, l'idée que vous êtes inférieures aux hommes ?)

     

    Dieu n'existe pas et ne pas prendre ses désirs pour la réalité est le début de la sagesse.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :