• La Décroyance vérifiée sur le net (ou presque) - première partie

    Yabokaky est un internaute qui a pris le temps de tout vérifier. Chapeau bas, monsieur. 

    Les timecodes sont issus de la captation vidéo de Villeurbanne, disponible sur Youtube.Les sources sont diverses, tout cela est cliquable.

     

    YABOKAKY : "Ayant la chance de ne presque rien connaître ni en histoire ni en religion, il me faut tout creuser afin de pouvoir me faire une idée sur l'ensemble. Ça veut aussi dire que j'ai aucun bouquin pour ça, je me donne donc la peine de tenter de tout contrôler via internet. -"

    Partie 1 -

    7:30 : présentation de l'auteur, historien des religions (religions du proche-orient au 3°s avant l'ère chrétienne). Différence entre théologien et historien des religions (également "histoire des sciences religieuses", alerte sur le fait que les trois institutions d'histoire des sciences religieuses sont dirigées par des théologiens).

    14:20 : présentation de Bernard Barc, chercheur en histoire des religions (hébreu biblique, textes sacrés antiques, origines du judaïsme et du christianisme)

    15:30 : présentation de Siméon le Juste ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Shimon_HaTzadik )

    29:47 : via le rituel du séder ( https://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9der_de_Pessa%27h ) et sa lecture de la Haggada ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Haggada ), récit hébraïque de la sortie d’Égypte, considérations sur la nature de l'Ancien Testament ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Ancien_Testament ).

    31:50 : point sur les versions de l'AT. L'actuelle comporte 39 livres ; l'auteur reviens sur la première version, comportant 32 livres (Torah = 4 livres ; .premiers prophètes = 8 livres ; derniers prophètes = 16 livres ; écrits = 4 livres).

    34:24 : narration de la sortie d'Égypte. Jacob et 70 personnes s'installent en Égypte sur 400 ans (atteignant une population de 600 mille hébreux) puis un Pharaon décide de les réduire en esclavage. Dieu fait pleuvoir 10 plaies sur l'Égypte afin de contraindre Pharaon à libérer les hébreux. Pharaon cède à la 10° (mort des premiers-nés), puis pourchasse les exilés jusqu'à la mer Rouge qui, ouverte par Moïse, se referme sur l'armée égyptienne. Puis Moïse reçois sur le mont Sinaï les tables de la Loi et le peuple hébreux s'installe en terre de Canaan.

    41:47 : confrontation du récit avec la connaissance actuelle de l'histoire.Aucune mention historique de 600 000 esclaves en fuite ; aucune biographie de Pharaon ne corresponds, les noms des cités (Pithôm & Ramsès) sont inventés (éclaircissement remis à plus tard), Canaan est en Égypte.

    47:50 : présentation & réfutation du pari de Pascal, accent mis sur l'aspect anxiogène de la religion.

    52:40 : Étymologie du mot "religion", du latin relegěre, ici traduit par "respecter scrupuleusement" ( https://fr.wiktionary.org/wiki/religion#%C3%89tymologie )

    53:03 : histoire du fait religieux à l'épreuve du savoir archéologique et historique ( https://multimedia.inrap.fr/archeologie-preventive/chronologie-generale ).

    -100 000 ans : chasseur-cueilleur nomade, premières inhumations, dont le sens spirituel, s'il existe, nous est inconnu. Théorie actuelle : le chamanisme.

    -12 500 : agriculture, élevage, sédentarisation. Changement des attentes spirituelles, apparition des talismans.

    -10 000 : Premières agglomérations, "mutualisation" de la croyance, premiers sites communautaires (tels que https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%B6bekli_Tepe ). Premières représentations de divinités par des statuettes de femmes enceintes et des bovins (Vénus > taureau).

    -6000 : premières villes, premiers temples, organisation de la société autour d'une politique territoriale et martiale. Le modèle spirituel est transformé afin de le faire correspondre au modèle "viril" de la nouvelle structure sociale (Vénus < taureau) et finalisé en -4000 ( https://www.inrap.fr/spiritualite-et-religions-au-neolithique-10216 )

    -4000 : apparition de la cité-État. L'architecture religieuse prends de plus en plus d'importance ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Eridu ), le prêtre ne fait désormais plus partie du peuple.

    -3000 : apparition de l'écriture, séparation du pouvoir entre une caste martiale et une caste religieuse (précurseurs du roi et du grand prêtre). Le culte se complexifie et se codifie, rendu hors de portée du peuple, il devient la prérogative du prêtre.

    -2800 : Les royaumes, agglomérations de cités dotées de cultes différents, voient la création de panthéons réunissant les divinités des cités conquises sous l'autorité de la divinité tutélaire de la capitale du royaume. [scénarisation de l'invention du droit divin afin de légitimer les exactions royales ainsi que du messie afin de protéger les castes gouvernantes et religieuses du ressentiment populaire]

    -2500 : apparition du droit divin et du concept de messie, en -2200 apparaissent les premiers codes moraux/textes de lois. Focus sur le code d'Hammurabi ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Code_de_Hammurabi ). Daté de -1750, on retrouvera certains de ses principes dans la Bible (loi du Talion, à géométrie variable). [scénarisation de l'invention du châtiment divin}

    -1800 : apparition du Déluge ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Atrahasis )

    1:11:24 : "... ça voudrait dire que toute notre histoire du fait religieux n'est qu'une succession d'actes politiques sur lesquels on aurait plaqué le modèle céleste...". Considérations sur l'utilisation du culte comme instrument pour conditionner l'homme à l'instar du régime militaire, potentiellement dans le même but. -1350 : Présentation d'Akhenaton qui impose le premier monothéisme, solaire ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Akhenaton ) que l'on présente en tant que monolâtrie ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Monol%C3%A2trie ) -1200 : période à laquelle la tradition religieuse situe le premier monothéisme avec l'apparition de Moïse.

    1:25:06 : approche littéraire et qualitative du texte sacré. Si la Torah semble pauvre en enseignements factuels, elle possède deux niveaux de lectures. Il faut donc pour en juger l'étudier en profondeur, en hébreu biblique...

    1:29:50 : Constat 1 - l'écriture consonantique de l'hébreu de la Torah ainsi que de l'arabe du Coran les rends non directement lisibles et interprétables : ces textes doivent préalablement être étudiés ou enseignés ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Alphabet_consonantique ). Conclusion : c'est un texte pour initiés.

    1:33:42 : Constat 2 - à l'époque de la rédaction de la Torah, l'hébreu est une langue morte. Son auteur réinvente l'hébreu (qui est donc une langue artificielle) sur une base de langage naturel. Certains mots n'apparaissent qu'une seule fois, il est donc difficile de leur donner un sens littéral ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Hapax ) mais possible de les approcher en tant que concepts (exemple donné : THBH = "tohubohu"). Valable aussi pour les noms propres, MSH (Moshé, Moïse, révélateur du nom de dieu) est le miroir de HSM (Hashem, Dieu). Conclusion : le texte biblique est un langage codé.

    1:38:32 : Constat 3 - les lettres bibliques sont également des nombres ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Gematria ). Présentation d'une numérologie donnant la valeur 18 à Hashem, Moshé et Torah. Conclusion : la Torah se veut dotée d'une vérité arithmétique.

    1:40:22 : Constat 4 - la Torah comprends 32 signes, soit 10 caractères de plus que dans l'hébreu. 5 d'entre eux sont issus du paléo-hébreu ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Alphabet_pal%C3%A9o-h%C3%A9bra%C3%AFque ) et illustrent en certains endroits certains noms divins. Les 5 autres sont exclusivement des lettres finales, altérant la graphie, le sens, la numération. Conclusion : l'auteur a peaufiné son texte jusqu'à la graphie des lettres.

    1:41:40 : l'auteur de la Torah fournit au profane un récit, à l’exégète une démonstration scientifique et littéraire.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :