• Prochaines dates de La Décroyance

    Salut à tou.te.s, voici les prochaines dates de La Décroyance. Nous espérons vous y retrouver nombreux/ses !

    Chacune de ces dates est suivie le lendemain d'un atelier "Religion(s), atheisme, laïcité, c'est quoi le problème ?" (voir le contenu ICI). L'atelier donne un véritable sens à la conf', inscrivez vous ! La participation à l'atelier est gratuite, profitez-en.

     

     

     

     

    OCTOBRE 2017

    • MEYRAS (07) : Samedi 21 octobre, 20h *** Représentation GRATUITE !

    Salle des fêtes de MEYRAS -   le village 07380 MEYRAS.

    Entrée gratuite Réservations :  Par Tél. : 04 75 94 42 40 ou 04 75 36 83 44 ; Courriel : contact@meyras-tourisme.com ; billetterie sur place le soir de la représentation, à partir de 19h30

    Jauge limitée, entrée gratuite : PRUDENT DE RESERVER !

    Et pour poursuivre l'aventure,

    L'atelier "Religions, athéisme, laïcité : c'est quoi le problème ?"

    le dimanche 22 octobre, 10h-16h

    • AUBENAS (07) : CSC le Palabre (Centre Social Seibel) - 6,rue Albert Seibel 07200 AUBENAS 
      Entrée gratuite Réservations :  OBLIGATOIRE, par Tél. : 06 11 16 88 21 ou Courriel : jp.smadja@audeladutemps.fr

    A midi, repas partagé et tiré du sac.

    A très bientôt !

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 11 Novembre à 18:56
    Bienfait Yves

    Excellent sketche documentaire :

    Néanmoins, je me permets de préciser quelques notions périphériques.

    1. la nécessité psychologique et sociale des totems (dieu n'est qu'un avatar du totémisme)

    La séletion naturelle nous a placé parmis les animaux sociaux pour mieux nous perpétuer : En gros, nous ne nous sentons bien instinctuellement qu'en groupe.

    La même sélection naturelle nous a placé parmis les animaux capables de comprendre leur environnement pour mieux survivre. Ce qui comprend la superstition !? !

    En effet la superstition est une sorte de mécanisme intelletuel qui associe intuitivement des causes et des effets en dehors de la compréhention. Du genre : "la dernière fois, j'ai réussi à avoir ce que je voulais juste après avoir baillé" ou "juste après avoir chaussé mes mocassins bruns". Parfois l'association se révèle pertinente (lesdits mocassins sont plus antidérapants), parfois aussi délirant. mais globalement c'est un avantage de supposer des causes (fussent-elles parfois délirantes). Il aime donc bien "rationnaliser" ses supertstitions : "Si je fais ça c'est qu'il y a de bonnes raisons, que j'explique maladroitement ainsi à défaut d'être plus clair"

    Dans ce concept : le besoin instinctif d'association grégaire est ainsi "rationalisé" par des mythes souvent improbables. La question n'est pas tant dans l'explication que dans la nécessité instinctive grégaire que l'humain a du mal à considérer comme échappant à une compréhention logique... qu'il s'invente allégoriquement par défaut (parce que son esprit a été programé à chercher des causes, vraies ou fausses peu importe)

    1bis. Néanmoins la sociologie (fonctionaliste) décrit le phénomène ainsi : La solidarité d'un clan s'obtient par le partage (assez mythologique) d'un état d'esprit commun au sein du clan.

    Dans les sociétés primitives cela donne à peu près ça : "Un Kangourou est un jour devenu humain (petite légende associée sur les circonstances)". Et ses descndants sont les membres du clan qui ont donc tous hérité de l'âme de leur ancêtre : De Kangourou, animal qui est donc totémisé : qui représente l'état d'esprit ciment du groupe.

    C'est un miroir allégorique : "Tu penses comme moi, nos pensées sont donc en miroir l'une de l'autre, et de la pensée de notre grand ancètre et totem. Nous sommes pareils, nous sommes frères." Mais aussi ce "miroir" renvoyait au regard du groupe sur ses rapports à son environnement dont il dépend et/ou façonne.

    La religion est initialement la reformulation allégorique d'un besoin instinctuel de faire partie d'un groupe : sa rationalisation mythologique.

    N.B. : Le surnaturel n'est qu'une fonction du rituel : Pour faire esprit commun il faut que tous les esprits soient impactés fortement de la même façon durant les rtuels initiatiques et/ou confessionels. Plus les rituels sont grandiloquents plus les esprits se fondent entre eux dans un état esprit commun fort, et le surnaturel est évidemment plus marquant pour les esprits que des idées banales et logiques (sauf qu'il faut y croire et la science a mis à mal beaucoup d'allégories surnaturelles). Les totems modernes se veulent plus rationnels en apprarence (en apparence parce que le culte de l'argent réclame toujours des sacrifices d'humains et de la nature sur son autel (de façon totalement inutile, voir contre productive : juste pour marquer notre allégeance aux dieux de l'argent).

    Après, évidemment, ce puissant outil alégorique, capable de scotcher les groupes autour de mythes improbables, a vite été perçu comme un moyen de gérer politiquement les groupes - où je vous rejoins... Quoi que je pense que les mythes soient plus des constructions assez idiotes, dont certaines prennent et d'autres pas (sélection naturelle en gros). Ce ne serait pas tant les propriétés des totems qui ferait les groupes, mais la fulgurance de tels ou tels totems qui les feraient investir par des puissances politiques opportunistes. Il ne faudrait pas surévaluer les capacités de genèse machiaveliques de totems ex-nihilo de la part des élites (le machiavelisme s'exprime dans la réccupération). Maintenant le miroir totem peut dire des choses aux groupes. Ainsi si la nature est identifiée comme une terre nouriière chez les cueuilleurs : la femme est un bon totem représentatif, mais chez les cultivateurs c'est celui qui plante la graine qui devient producteur de nouritures, donc le principe masculin.

    Mais aucun shaman ne s'est surement dit un jour :"tiens ! Si on remplacait le principe féminin par le principe masculin ?" Non, sans doute les gens ont été de moins en moins impressionnés par les déesses dont tout procédait, et de plus en plus par les dieux fécondants, et sans doute sans même faire lien explicite entre terre féconde et graines fécondatritces. Il y a pas mal d'intuitivité dans la maturatoin des totems (même si certains y réfléchissent parfois).

    (Par exemple le statut de la femme évolue depuis pas mal de temps en occident, just'avant que l'humain réalise que la nature n'est plus une terre expoitable à merci, mais qu'il faille la respecter de nouveau. Probablement aucune élite politique et religieuse n'a seulement remarqué la concordance du rééquilibrage des totems masculin et féminin avec le retour de l'importance accordé à la Nature (de nouveau considérée comme nouricière, voir potentiellement plus). Nous sommes plus dans l'intuitivité que dans le machiiavélisme politique proprement dit. Mais ne doutons point que la poliique saura accompagner le virage en temps voulu.)

    Enfin voilà, si ça peut vous premettre d'être un peu plus précis dans votre présentation, à vous de voir.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :